La Gazette de Masía Aitona

Penyagolosa, la Dame en Pierre

 

En hiver, en été, à toute époque de l’année, si possible au printemps, la grande Dame de pierre, la Penyagolosa ouvre son sommet à tous ceux qui osent ou veulent l’embrasser. La deuxième hauteur de la Communauté de Valence se distingue par son profil acéré sur sa face sud, un grand rocher et un escarpement de pierre qui marque la frontière naturelle entre la Communauté de Valence et les terres du Maestrazgo de Teruel.

 

Chez Masía Aitona, nous recevons de nombreux clients qui nous prennent comme point de référence pour séjourner et se reposer suite au chemin de l’ascension de la montagne la plus emblématique de Castellón. De Masia Aitona, nous sommes à 40 minutes en voiture de Vistabella, en passant par Atzeneta et Culla. Il y a une autre possibilité pour atteindre le Sanctuaire de San Joan de Penyagolosa, par Xodos, mais la route est en plus mauvais état, en fait c’est plutôt une piste de terre, qui ne convient pas à tout le monde. Quel que soit le chemin choisi, avant d’entamer l’ascension vers le sommet, qui dure environ deux heures, nous vous recommandons de prendre vos forces au sanctuaire de San Joan, un bâtiment médiéval de style gothique, qui se trouve à 9 km de Vistabella, le dernier point de civilisation, avant d’entrer dans le parc naturel.

« La deuxième hauteur de la Communauté de Valence se distingue par son profil acéré sur sa face sud, un grand rocher et un escarpement de pierre qui marque la frontière naturelle entre la Communauté de Valence et les terres du Maestrazgo de Teruel ».

Ce sanctuaire est l’attraction religieuse la plus importante de la province, recevant chaque année les pèlerinages ancestraux de la plupart des villages environnants, tels que Culla, Vistabella, Xodos et Puertomingalvo. Parmi les pèlerinages, il faut souligner celui des pèlerins de Useres, dont nous parlerons dans un autre article de la Gazette de Masía Aitona.


L’image romane de Sant Joan de Penyagolosa consiste en une sculpture en bois polychrome, qui a malheureusement subi quelques incendies tout au long de son histoire, comme cela s’est produit pendant la guerre civile en 1936. La disproportion que la figure montre de la tête et du cou par rapport au reste du corps est interprétée comme une tentative de mettre en évidence le fait que le Saint est mort la gorge tranchée. Un lieu singulier, où l’on respire beaucoup de calme, le nécessaire pour prendre conscience de l’effort qui vient après, le défi que représente l’ascension d’un sommet de 1813 mètres d’altitude.

La faune et la flore du parc naturel de Penyagolosa correspondent à un écosystème méditerranéen, où les forêts de pins dominent aussi bien le pin rouge que le pin noir, l’érable, le tilleul, le poirier, le houx, le pommier sauvage et l’if. Des plantes rares poussent sur les rochers du sommet, dont le géranium de Cavanilles, avec le nom de son découvreur, un botaniste valencien. Quant à la faune, la présence de l’aigle royal et, ces dernières années, celle des vautours se font remarquer. Parmi les mammifères, la chèvre de montagne et les petits insectivores tels que la musaraigne et le campagnol se distinguent. Pour découvrir les trésors de ce parc naturel, on peut toujours se rendre au centre d’interprétation, appelé « maison de la forêt », situé derrière la chapelle de San Joan.

 

Il est ouvert au public toute l’année, du lundi au dimanche avec des horaires d’ouverture de 10 à 14 heures et le samedi après-midi de 15 à 17 heures. Il sert de point d’information pour en savoir plus sur les itinéraires dans le parc naturel, pour obtenir des informations sur les municipalités de la région et d’autres aspects liés à la biodiversité et à la culture de Penyagolosa. En outre, il offre également deux espaces ouverts à visiter, une salle d’exposition et des images audiovisuelles. https://espacios-naturales.blogspot.com/2015/12/la-casa-forestal-del-gegant.html


La voie classique d’ascension au sommet, se déroule en plusieurs étapes. Depuis le parking, nous prenons le large chemin qui nous mène vers le sud et nous le longeons sur environ 600m. En arrivant, nous verrons un panneau indiquant le « Barranc de la Pegunta ». Nous continuerons de ce côté, en quittant la piste principale, et en marchant sur un chemin d’environ 4,5 km entouré d’un environnement naturel privilégié. Lorsque nous atteignons enfin le ravin, qui est la plupart du temps sec, bien que parfois, s’il a plu, il forme un petit ruisseau qui accompagne le marcheur pendant un bon bout de temps sur le côté gauche. Pendant la montée, nous passerons par la Font Nova de la Pegunta (qui n’est que le déversoir du Barranc de Pegunta situé un peu plus haut dans le ravin). Après presque 4 kms de parcours, nous verrons un autre panneau indiquant « La Banyadera », nous devons continuer vers cet endroit qui mène à l’Esplanade du Corralico, une plaine qui nous donne accès à la dernière étape de l’ascension vers le sommet. Cette esplanade est accessible en voiture depuis le Sanctuaire.


La dernière section est la plus dure, elle gagne en hauteur, il y a plus de dénivelés et il vaut mieux faire la montée en zigzag pour amortir les dénivelés. Sur les 5,8 km de l’itinéraire, vous atteindrez plus ou moins un petit refuge appelé La Caseta de L’Ombria. La forêt verdoyante fait place à une végétation d’arbres épars de taille beaucoup plus petite qui nous permet de voir le sol rocheux dur à travers lequel nous marcherons jusqu’à ce que nous atteignions le sommet.


Un sommet couronné par deux éperons : la Caseta de les Antenes, une station météorologique et la Cabane du Gardien. Des vues impressionnantes, comme prévu. Si nous avons la chance d’avoir un ciel clair, depuis la couronne de la Grande Dame ou le « Gegant de pedra » (Le géant de pierre), nous pouvons voir les montagnes de la Sierra de Espadán, la Sierra de Javalambre ou même le parc naturel des îles Columbretes. L’effort en a valu la peine.

Pour revenir au point de départ, nous reprendrons la même route que nous avons parcourue à pied pendant un kilomètre et demi plus ou moins. Nous devrons faire la descente dans cette zone, en zigzagant à nouveau pour amortir les pentes. Nous atteindrons presque l’esplanade du corralico et nous tournerons avant vers le chemin qui indique le « Barranc del Forn ». Nous emprunterons un chemin (PR V79) qui nous mènera régulièrement et assez confortablement au Centre d’interprétation et du sanctuaire lui-même. Dans une heure à peine, nous arriverons au Sanctuaire, notre point de départ.

Et c’est la fin de notre parcours. Ou plutôt, cela ne se terminera pas avant que nous retournions chez Masia Aitona, où ils nous attendront, selon la saison, avec une bière froide ou un chocolat chaud. Ça vous dit?

 

 

La Gazette de Masía Aitona sur les Réseaux Sociaux